Georges

Georges

vendredi 4 mai 2018

FANZINE / 17 jours / extrait

Tu peux désormais lire mes histoires aux chiottes, dans le bus, au bistrot, tu peux m'offrir à ta mère, à ta sœur, à ta meuf, tu peux annoter, surligner, déchirer même, corriger les fautes, si c'est ce qui t'excite, n'en doutes pas, tu trouveras ton bonheur. 
84 gr, 44 pages contre une somme allant de 3€ à plusieurs milliards si tu le désires (valises de petites coupures et lingots acceptés).

Envoi possible pour 2 balles pour un zine et à voir pour plusieurs. 

C'est surement pas parfait mais c'est un début, ça fait des années que je veux me lancer dans l'autoédition et j'ai fini par le faire grace au soutien d'amiEs trop supEr <3

Pour des renseignements, des commandes ou tout ce que tu veux : agirlcalledgeorges@gmail.com 

Extrait / Prologue 

"Il y a l'aveuglement. Un silence inconfortable. Un genre de vide sanitaire de la parole. On pense noir et on dit blanc. Et puis, il y a le monde autour, auquel il faut sourire, qui attend sa dose de « salut, ça va, merci au revoir ». Aucune brusquerie ne sera pardonnée et c'est ce qui permet que tout roule. Et puis, il y a le jour où les faux semblants ne sont plus permis. Le cerveau rejoint le vague à l'âme et il faut prendre une décision. Mettre à l'abri ce qu'on veut sauver. Comme lors d'une inondation massive, quand il faut mettre les meubles sur pilotis, les pieds dans l'eau, la commode posée sur des agglos. Il a fallu se décider à sauver les meubles, à prendre soin de tout ce qui pouvait être mis à l'abri du tourment. C'est comme ça que je me suis retrouvée au centre hospitalier d'Erstein, 67. Pour me mettre à l'écart d'une comédie dont j'avais oublié le texte. Pour mettre de côté ma carrière de saltimbanque de mascarade qui dit « salut ça va, merci, au revoir » sans même distinguer le sens de chacun de ces mots tant le marasme avait pris le pas sur un rôle social si bien rodé que j'avais mis en place. Je pédalais à côté du vélo, il me fallait cette mesure radicale pour me remettre en selle."

A bientôt ! 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire