Georges

Georges

dimanche 2 juillet 2017

H comme ... III

*** L'homme de mon bâtiment qui fume les mégots a reçu des cigarillos de la part de son frère et il les fume les uns après les autres. Après il retournera à ses mégots ou aux cigarettes que je lui donne.

*** Red me raconte son mari, cette tête de mort qui sortait jouer aux cartes avec les putains au lieu de s'occuper des gosses. Elle lui donnait tout son salaire. Elle n'a jamais rien dit à ses parents. Je lui demande pourquoi : chaï, j'avais peur que ça tire. Tu nous connais pas nous.
Elle sort du coin fumeur en répétant : cette tête de mort... avec un clin d'oeil parce qu'elle a pigé que ça me faisait rire.

*** Je tourne autour de la table de ping  pong comme une gamine qui cherche un partenaire de tape cul qui fait le même poids qu'elle. C'était ma galère enfant. J'étais lourde et à chaque fois que je voulais faire du tape cul, je laissé la copine plantée dans les airs et mon gros cul dans le sable. C'est un souvenir drôle même si ça sonne pathétique.
Bref, personne pour jouer au ping pong, les équipes sont faites et je suis niquée.

*** Une dame est amoureuse d'un patient plus jeune qu'elle. Elle raconte qu'ils se sont embrassés mais rien n'est moins sur. Elle se plaint : il ne me donne pas de langue.
C'est la même qui a les tee shirt animaliers. Aujourd'hui elle a un tee shirt avec tous les animaux précités mais ils portent des bonnets de père Noël. C'est une variante un peu hors saisons. Il lui faudrait le même avec des bestioles qui transpirent en bouffant des Mr freeze bleu. Ça demande un bel effort de graphisme, pas sûr que ça se fasse un jour.

*** La bienveillance du personnel c'est quelque chose qui pourrait me faire chialer. Je m'attendais pas à ça.

*** Une meuf fait du rameur et elle propose à un mec qui passe : tu veux ramer?
Il lui répond sans faire de blague : t'as pas l'impression que je rame assez ?
Je baisse la tête.

*** Attendre 9h que la porte s'ouvre c'est un vague supplice. Tu tournes en rond, t'essaie de gratter l'amitié pour pas être comme une conne. T'écoute ce que disent les uns et les autres. Il y a moins de bienveillance dans leur propos que dans l'attitude des soignants. Ça se critique et ça se compare. Enferme des gens ensemble et ça devient des iench entre eux. Ça me rend triste. J'ai de la peine pour ceux qui peuvent pas fermer la bouche, ceux qui peuvent plus articuler, ceux qui sont criblés d'emmerdes. J'arrive pas à me consoler à la lueur de leurs problèmes.

*** Red me dit : pour toi tout le monde est gentil. C'est affreux de m'en rendre compte ici mais elle a raison, j'ai pas ce discernement qui me permet de me méfier. Toute de suite la charrue et les bœufs, un genre de charité débile. Même si j'ai le verbe haut, je reste une putain de hippie.

*** Mon bâtiment s'appelle Camille Claudel. Sympa. Je me demandais si dans 20 ans on donnerait des noms de dépressifs actuels et notoires aux bâtiments psy : je suggère Loana, Britney_2008, Renaud séchan pour le pavillon de la bibine.

OK, tout le monde est gentil mais ça m'empêche pas de penser à des trucs de connasse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire