Georges

Georges

jeudi 29 juin 2017

H comme

****La journée passe lentement, je devrais voir un médecin mais ça traîne parce qu'ici tout le monde fête le départ en retraite d'une collègue. Elle portait une écharpe « Miss retraite » et ses collègues lui ont écrit une chanson personnalisée sur l'air d'un morceau de balavoine assez mélancolique. Plus triste que l'idée que je me fais de la retraite en tout cas. 
Une jeune fille me sourit, stagiaire infirmière. Je comprends tout de suite qu'on se connait mais je ne me souviens pas d'où. A vrai dire, je pense dans un premier temps au lycée, peut être a-t-elle fait un premier stage dans une infirmerie scolaire...
après lui avoir dit : on se connait, non ? Et qu'elle ait confirmé, tout est revenu.
Nous avons fait un Besançon / Strasbourg en covoiturage. Nous étions passagères et partagions la banquette arrière.
Je crois me souvenir qu'elle bosse l'été avec des personnes en situation de handicap, avec un organisme catho et des bonnes sœurs, la totale. Pack charité bien ordonnée.
Je me demande ce qu'elle pense de me voir ici, sans doute plein de choses. Ceux qui disent le contraire mentent. Les sceptiques seront confondus.
Quand je lui fais le topo de notre rencontre, elle me regarde comme si j'étais bel et bien la malade mentale qu'elle imagine. En fait, vous n'oubliez rien ? Ouais, elle est repassé vite fait au vouvoiement alors qu'on était genre complice de banquette arrière.

En fait, non, c'est bien ça bébé. J'oublie rien, et tu vois où ça me mène.

Miss retraite est bourrée au crémant. En Alsace ça lésine pas sur la quantité pour les pots de départ. Je pense qu'ils pourraient tous rester à bouffer comme des gros jusqu'à la prochaine tournée de médocs. Et je regarde mes nouveaux compagnons de galère crever dans leur bave. 


**** Une patiente me fait beaucoup penser à Red de la série Orange Is The New black. La même carrure, le même genre de physique et le sourire rare mais étincelant.
Elle fait partie de la communauté des gens du voyage m'a-t-elle dit. Elle m'appelle chaï et me donne des conseils beauté agrémentés de quelques compliments. 
Elle attend depuis trois jours une visite de sa fille qui ne vient pas. C'est intense parce qu'elle ne peut même pas la joindre sur son téléphone. Elle n'a aucun moyen d'avoir des nouvelles mais Sarah qui vient de sortir et qui fait partie de la même communauté va essayer d'en avoir par un moyen que je connais pas.
La fille de Red est maquée avec un mec qui fait des braquages, le pire est à craindre. Elle a des anecdotes que j'aime bien écouter, digne d'un scorsese. Genre hier, elle m'a raconté qu'un de ses mecs avalait des couverts en zonz. Il pliait des fourchettes et essayait de les bouffer pour se foutre en l'air. Ou alors du verre pilé, des trucs comme ça. Fakir le mec. Ça laisse entrevoir comment c'est bien la prison, tous ces mecs nourris/logés/blanchis au frais de la princesse comme pensent ces putains de droitards.
 Elle a ajouté : J'te raconte pas l'estomac.
J'ai répondu le seul truc à répondre : tu m'étonnes... 

****A la cafétéria la grande mode c'est de boire des smoothie. Un truc vaguement smoothesque qui n'a de smoothie que le nom. En fait c'est du jus de fruits quelconque dans lequel on met des glaçons. Le tout est passé au mixer et on se croit au club med. Un club spécial entouré de pimpins qui ramassent les mégots par terre et qui se mettent les doigts dans le nez jusque dans la cervelle. Comme la carte des crados que je préférais quand j'étais môme. Impossible de me souvenir du prénom du type de cette carte. 

**** Ce matin, une jeune fille demande en notre direction : Mesdames, vous avez des filtres ? Nous avons répondus : non, aucun.
C'était drôle le parallèle entre les clopes et les émotions. C'est vrai qu'ici, on est toutes des putain de gauloises sans filtre. Aucun.