Georges

Georges

lundi 30 janvier 2017

Les 100 balles de la CAF

Deux courriers pour une dette de 100 euros à la CAF. La prochaine étape ce sera sans doute une invitation à se faire arracher les ongles.
Et que ça serve de leçon.
Donc pour 100 € la CAF me fait me sentir mal, hors la loi, crevarde qui déconne à mort avec l'argent public.
Pendant ce temps, les vrais parasites se gavent, ils ont tous leurs ongles, leurs yeux. ils ont juste plus de race mais il n'y a qu'eux qui ne le savent pas.
Ça se paye large, ça embauche la famille, ça explique aux gens comme moi qu'il est temps qu'ils s'habituent à la précarité.
Et ça dort tranquille sur ses deux oreilles. Pas de doute à avoir.
On galère à payer des factures d'électricité et à manger des légumes qui ont vus la lumière du jour. On a des tafs de merde parce que si on s'autorise un peu de temps pour réfléchir à un truc cool, les institutions sont très réactives pour nous faire passer pour des merdes et faire en sorte qu'on se laisse démolir pour de la besogne humiliante juste pour plus les entendre.

On se fait tourner le sang à cause de dettes débiles.

On voit des gens prendre du ferme pour avoir fraudé le métro, volé des pâtes et ce genre de trucs.

M'est avis que Benoît Hamon, quand il se propose de faire battre le coeur de la France, il parle pas des gens qui se font un sang d'encre pour 100 balles et qui fomentent des plans dingues pour assurer leurs subsistances du 15 au 27 du mois.

Pas sûr qu'ils fassent passer la clientèle d'Aldi au Lafayette Gourmet.

Ce sera toujours les mêmes angoisses, les mêmes stratagèmes.

Tout ça avec du shit légal pour qu'on s'engourdisse un peu plus encore. Anesthésie autorisée pour faire passer les disquettes.

J'ai pas hâte.

1 commentaire:

  1. Ce n'est pas les institutions, Georges, c'est les gens. Ceux qui ont peur de se faire gronder par le chef, ceux qui veulent devenir le chef. C'est les gens qui ont l'impression que t'es un feignant sans penser que t'as juste pas envie de ramer avec tout le monde dans le sens d'un courant qui va direct à la grande cascade. Faut pas lire les livres de psychologie cognitive, faut pas se pencher sur la psychologie sociale, ou alors comme des manuels d'un art martial de la survie en environnement anthropique. Parce que les victimes innocentes, Georgette, c'est un truc que les gens détestent, ça fait de la dissonance cognitive avec leur volonté de croire le monde juste, avec leur envie de se croire des gens bien, et avec leur tendance à ne rien faire pour elles. Faut pas se voir en victime, Georges, parce qu'ils te boufferont comme des chiens.
    Il reste des confréries de solitaires (copyright Quignard) et encore. À force d'être écorchée, toi aussi tu finiras par simplifier les choses et ne pas voir les gentils là où ils sont. Hamon n'est pas le mauvais bougre, mais qui crois-tu qu'il connaisse ? Sa femme est dircom de LVMH. Je ne fais pas un procès social, je crois que le mec est sincère, et de bonne volonté. Mais qu'est ce qu'il connaît de la rue ?
    Mais faut pas se voir en victime, Georges, faut plus lâcher 100 roros à un deualer qui met des putes sur le trottoir si tu les dois à la CAF. Faut s'autonomiser. Tu t'assieds, chaque matin, tu médites, tu t'éloignes, tu gardes ton énergie, tu préserves ta sensibilité, parce que quand il y en aura un, quand il y en aura une, de ces solitaires qui cherchent une confrérie, tu l'attraperas par la main, et même avenue de Colmar, tu verras, les tilleuls fleurissent, et ça sent le miel quand le tramway passe à côté.

    RépondreSupprimer