Georges

Georges

lundi 9 mai 2016

Tu f'ras la vaisselle demain

Article écrit pour le fanzine participatif "la gazette des sagars"


Depuis 1977 le 8 mars est la journée consacrée aux droits des femmes. Oui, à l'instar des moineaux, du Nutella et des astéroïdes, les droits des femmes ont leur journée dédiée, la chance.
Dans un monde idéal, les Nations Unies n'auraient pas eu à choisir cette journée pour rendre hommage au courage des femmes qui ont luttés pour l'accès au droit de vote, au droit de travailler, et pour encourager l'égalité entre les sexes, ce serait une évidence.

Depuis que nous sommes devenues des consommateurs avant tout, on redoute le 8 mars parce que chaque année on découvre des offres promotionnelles rabaissantes et sexistes, les responsables marketing redoublent de génie pour confiner les femmes dans le rôle d'écervelée inoffensive qu'on leur attribue. Entre les fleurs gratuites offertes dans la rue parce que t'as des seins et que c'est TA journée et les réductions sur les produits de beauté et autres appareils ménagers, on a de quoi regretter d'avoir eu ce toupet monstre de demander à être traitées comme l'égale des hommes.
En 1977, on a cru bon de rendre hommage aux luttes des femmes, désormais, c'est devenu la journée internationale du sexisme et du cliché. Le jour choisit par les grandes enseignes pour nous réduire à une vision des femmes qui se dispute la futilité et le ménage.

Pour exemple, en 2016 on a notamment eu la chance de voir la marque d'équipement de sport Umbro offrir deux places pour un match au mec qui expliquait le mieux la règle du hors jeu à une meuf (Benzema et Ribery ont compris, ça devrait aller).
Sur facebook l'opération METTEZ DU ROUGE a connu un certain succès, invitant des hommes à s'engager à prendre la défense d'une femme s'ils étaient témoin d'une agression et valider cet engagement en envoyant une photo d'eux portant du rouge à lèvres.
Une belle brochette de nazes s'est prêtée à ce jeu paternaliste et réducteur, n'hésitez pas à aller voir l'ampleur de leur engagement sur la page.


Chaque 8 mars est l'occasion de faire le constat des inégalités de traitement des femmes par rapport aux hommes: Leur sous représentation dans les débats d'experts et les grandes instances de gouvernance, l'inégalités des salaires, la double journée entre travail rémunéré et obligations domestiques, les violences conjugales, les violences sexuelles, le harcélement de rue, le sexisme permanent et intégré induit par une société patriarcale.
Bien que des voix différentes commencent à se faire entendre, le message dominant est fait des mêmes injonctions à être belle selon des critères masculins, lisse, apprêtée et dévouée...

Le prochain 8 mars comme les précédents, on espère ne pas avoir à se confronter à cette vision dégradante, on compte sur une attitude masculine neutre, des mecs qui ne se prennent ni pour des super-héros, ni pour nos darons, et sur les filles pour qu'elles rejetent le script écrit pour elles et sortent du cliché commercial qui nous veut bonne, bonniche et si possible les deux.


RAPPEL :
En France une femme décède tous les 2,7 jours sous les coups de son conjoint
223 000 femmesvictimes de violences physiques / sexuelles chaque année
84 000 femmes victimes de viols chaque année

le salaire moyen d'une femme est 10% inférieur à celui d'un homme pour un poste équivalent en 2015